retour
Inventaire des événements ordinaires dans la gestion de la classe

Jean-François Inisan, Elizabeth Vlieghe

 

INVENTAIRE DES ÉVÉNEMENTS TYPIQUES SUSCEPTIBLES DE DÉSTABILISER LA CONDUITE DU COURS

L'objectif de cet article est de dresser un panorama des manifestations courantes qui, selon le cas, peuvent créer des perturbations et donc poser des problèmes de gestion de classe. Cet inventaire est construit à partir de situations produites par des enseignants expérimentés ( maîtres de stage et enseignants formateurs).
Dans certains cas, l'enseignant peut choisir ou non de faire de la situation un événement ; dans d'autres cas il est sommé de réagir par la situation.
De la manière de gérer ces situations (en anticipation ou en réaction) dépendent la suppression, la réduction, la continuation ou l'aggravation du problème qu'ils peuvent poser.
L'étude détaillée des événements cités permet de dresser un inventaire qui s'organise en quatre catégories :


-  ÉCARTS PAR RAPPORT A LA COOPÉRATION ATTENDUE "IMPLICITEMENT" DES ÉLÈVES

1. Refus de coopération (ce que les élèves sont tenus selon les usages de faire).

- Non respect des "règles" autour de l'assiduité, de l'arrivée à l'heure, du fait d'avoir du matériel, du fait d'avoir fait son travail à la maison, de la tenue vestimentaire et corporelle, du fait que l'on ne doit pas tricher, des déplacements dans la classe...
- Contournement des tâches scolaires à l'aide de micro-stratégies infinies :. soleil dans les yeux, envie de faire pipi, crayon à tailler, oubli de matériel, camarade à aider, cartouche qui fuit...)
- Refus ponctuel inattendu face à une demande de l'enseignant : changer de place, lire à voix haute, aller au tableau, chanter, faire une punition, donner une photo pour le carnet de correspondance, payer le livre de bibliothèque ...)
- Effectuation en cours d'une autre tâche que celle demandée (devoir dans une autre discipline, courrier...)
- Interventions orales sur d'autres sujets que celui qui est traité.
- Dégradations diverses de matériels scolaires.
- Contestations ouvertes des compétences de l'enseignant :

  • contestation de la compétence académique (ce que vous dites, faites ou écrivez est faux) :
    • "Vous avez fait une faute d'orthographe". "Vous êtes sûr que vous eu le Bac".
    • "Je ne suis pas d'accord avec votre présentation de la guerre d'Algérie".
  • contestation de la compétence pédagogique :
    • "avec vous on ne comprend pas".
    • "avec Madame Untel on faisait autrement".
    • "c'est impossible à faire".
  • contestation autour de l'équité (c'est pas juste !).
    • "vous aidez plus certains élèves".
    • "vous êtes raciste".
    • "vos systèmes de notes sont injustes".

- Brouhahas et chahuts divers. (fous rires, bruits d'animaux, cris, jets de projectiles...)
- Remarques explicites à connotation sexuelle ou scatologique pendant les activités..
- Refus collectifs silencieux de participation.
- Agressions verbales (passage au tutoiement, menaces, insultes) et physiques en classe.
- Diverses formes d'agression dans la vie privée de l'enseignant.

2. Excès de coopération :

- Problèmes de régulation d'élèves qui interviennent trop pour des raisons diverses.
- Problèmes de régulation quand trop d'élèves interviennent en même temps.


-  IRRUPTION DE CONFLITS OUVERTS OU LARVÉS ENTRE ÉLÈVES DANS LA SALLE DE CLASSE

- autour de la participation au cours : ( Intimidations diverses de ceux qui veulent coopérer).
- autour de conflits surgissant dans le cours : (vols en classe...)
- autour de conflits issus d'événements extérieurs au cours (vols, racket, conflits d'ordre affectif...)


-   IRRUPTION D'UN ÉLÉMENT EXTÉRIEUR AU GROUPE ENSEIGNANT/ÉLÈVES QUI COMPROMET LA SITUATION

- une personne qui rentre : principal, surveillant, parent, collègue....
- un matériel qui casse.
- des phénomènes extérieurs parasites :

  • environnementaux : pluie, neige, camion de pompiers...
  • humains : élèves qui passent à l'extérieur et provoquent des perturbations diverses.

-  ponction d'un groupe d'élèves pour raisons diverses (vérification de vaccin...).

- ASPECTS NON MAITRISÉS DANS LA "PRESTATION" DE L'ENSEIGNANT

- Non-maîtrise de ses émotions (énervement, pleurs...)
- Aspects "gênants" pour les élèves : (tics verbaux, infirmités, voix inaudible...)
- Écarts par rapport à des principes d'équité.
- Non-maîtrise des réactions ou interventions de bonne volonté des élèves par rapport à l'objet du cours :

  • élèves proposant une autre démonstration que celle proposée par l'enseignant.
    - Erreurs de conceptions de cours :
  • dues au fait que les phases de l'heure de cours ne sont pas intégrées par l'enseignant.
  • dues au fait que le travail n'est pas faisable (faux, trop dur, consignes peu compréhensibles...)
  • dues au fait que l'enseignant utilise une forme standard de cours inadéquate dans la forme scolaire : (cours magistral lu. pas de relance du groupe).
  • dues au fait que l'enseignant utilise des formes de questionnement inadaptées.
  • dues au fait que l'enseignant maîtrise mal les problèmes spécifiques liés à la conduite de telle forme standard de cours (dialogué, individuel, par groupes).
    • exemples en cours dialogué classique :
      • l'enseignant travaille avec quelques élèves pour différentes raisons.
        (ne travaille qu'avec les bons , ne fait travailler que quelques-uns : situations classiques de correction collective.
    • exemples en cours par groupes :
      • difficultés à gérer le rendement à l'intérieur d'un groupe.
      • difficultés à gérer l'avancée hétérogène des différents groupes.
    • exemples en cours individualisé :
      • difficultés à répartir son aide aux élèves.
      • difficultés à suivre la réalité du travail de chacun.

-  CONCLUSION

Un même événement peut avoir des causes multiples. A l'inverse, des événements apparemment différents peuvent être dus à une cause unique. Par ailleurs, un même acte d'élève peut avoir une intention de test ou hostile, ou n'être que l'expression d'un besoin réel.
En l'état, cet inventaire permet cependant un certain nombre de remarques.
Tout d'abord il est évident que les quatre catégories identifiées ci-dessus, ainsi que chaque source identifiée à l'intérieur de chacune d'elles, peuvent fonctionner en causalité circulaire, les différents champs étant en interaction.
Dans la plupart des cas, les événements de gestion de classe se centrent exclusivement sur les interactions entre enseignants et élèves, et plus particulièrement sur les différentes formes de refus de coopération des élèves. Or la catégorisation effectuée ci-dessus montre également l'importance selon les enseignants des phénomènes de surcoopération, de conflits entre élèves au sein de la classe, ainsi que de risques de déstabilisation des situations dus à des événements extérieurs.
Enfin il donne une vue un peu plus claire de ce qui est communément appelé "problème de gestion de classe".
Il s'agirait, dans la forme scolaire d'apprentissage,
- de toute manifestation,
- interne ou externe au groupe,
- humaine ou environnementale,
- volontaire ou involontaire,
- avec un degré de visibilité potentiel ou réel,
- dont le résultat est d'affecter,
- dans la perception d'un enseignant donné,
- son projet d'enseignement,
- sur le champ ou sur le plus long terme,
- et pose le problème d'un réajustement de sa part.
En outre, de la manière dont l'incident est traité dépend la continuation, la réduction, la suppression ou l'amplification du problème.

Connaître l'existence de ces événements qui font partie de la vie ordinaire des classes, c'est déjà se préparer professionnellement à les anticiper, à les prendre en compte, à les résoudre en tant que professionnel.

Jean-François Inisan
Formateur IUFM Nord-Pas de Calais
Elizabeth Vlieghe
Formatrice associée à l'IUFM
Réécriture pour la formation et Passages d'un extrait de D.E.A de Jean-François Inisan